Diverticulose colique

diverticulose coliqueDéfinitions

La diverticulose colique se définit par la présence de diverticules non compliqués : il peut y en avoir quelques-uns comme plusieurs centaines.

Le diverticule du côlon est, lui, une hernie de la muqueuse et de la musculaire muqueuse colique à travers une déhiscence de la musculeuse, laquelle correspond au point précis où les vaisseaux droits pénètrent à travers la couche musculaire. Dans plus de 90 % des cas, les diverticules se développent sur le sigmoïde, c’est-à-dire la partie mobile du gros intestin en forme d’anse, qui descend du côté gauche de la cavité pelvienne et se continue par le rectum.

La diverculite est l’inflammation d’un ou de plusieurs diverticules et peut s’accompagner de rectorragies peu abondantes (hémorragie diverticulaire).

Données épidémiologiques

La diverticulose colique est une maladie dont la prévalence augmente avec l’âge : elle est de l’ordre de 5 % avant 30 ans, de 30 % vers 60 ans et de 50 % après 70 ans. Rare dans les pays en voie de développement, elle est beaucoup plus répandue dans les pays occidentaux, où les régimes alimentaires sont plus pauvres en fibres.

Symptômes

La diverticulose est généralement asymptomatique. On la découvre, en général, à l’occasion d’une coloscopie ou d’un lavement baryté. Les douleurs abdominales, les troubles du transit sont à attribuer à d’autres origines, souvent à des troubles fonctionnels intestinaux. La diverticulose ne nécessite aucun suivi particulier, sinon la réintroduction de fibres dans l’alimentation.

La diverticulite sigmoïdienne aiguë est une complication fréquente de la diverticulose due à une inflammation diverticulaire. Ses symptômes sont les suivants :
– douleur vive dans la fosse iliaque gauche, parfois dans l’aine ;
– syndrome d’irritation rectale ou vésicale (faux besoins) ;
– troubles du transit : constipation ou, plus souvent, diarrhée avec émissions glaireuses ;
– rectorragies rares ;
– fièvre constante et frissons.

La diverticulite aiguë compliquée évolue souvent, dans 80 % des cas, vers des péritonites et des abcès péri-coliques.
•  L’abcès péri-sigmoïdien se caractérise par :
– une fièvre élevée avec frissons ;
– de la tachycardie ;
– un faciès gris et anxieux.
•  La perforation diverticulaire avec péritonite est la complication la plus grave et la plus fréquente des diverticulites aiguës. Elle se caractérise par :
– un syndrome péritonéal majeur avec contracture de début brutal prédominant dans la fosse iliaque gauche ;
– de la fièvre élevée ;
– parfois un état de choc.
•  Les fistules sont rares.
•  La sténose sigmoïdienne survient après plusieurs diverticulites. Elle se manifeste par :
– une constipation récente ;
– des douleurs abdominales ou des épisodes occlusifs résolutifs.
•  L’occlusion aiguë est rare.

Traitements

Pour la diverticulite sigmoïdienne aiguë :
le traitement médical associe une antibiothérapie, des antalgiques, de la glace sur le ventre et une surveillance clinique ;
un traitement chirurgical en urgence peut être indiqué si le syndrome douloureux ou fébrile persiste.

Pour la diverticulite aiguë compliquée
 L’abcès péri-sigmoïdien nécessite dans la plupart des cas :
– un traitement médical antibiotique avec surveillance en milieu chirurgical ;
– un traitement chirurgical à froid.
•  La perforation diverticulaire avec péritonite est opérée en urgence.
•  Les fistules doivent être opérées à froid après un traitement antibiotique.
•  La sténose sigmoïdienne doit être opérée.
•  L’occlusion aiguë nécessite à la fois un traitement à la fois médical (réhydratation et antibiothérapie) et chirurgical.


English EN French FR